andresaraiva 3 One&Only Kéa Island

André Saraiva : graffitis, glamour et grandeur

Dans le monde du street art et de la mode, peu de noms sont aussi emblématiques qu’André Saraiva. Connu sous son pseudonyme “Mr. A,” André a laissé une empreinte indélébile sur la culture contemporaine. De ses débuts dans les rues de Paris à son ascension en tant que phénomène culturel, André Saraiva est une figure incontournable. Plongeons dans l’univers fascinant de cet artiste franco-suédois.

Les débuts : un artiste né dans les rues de Paris

Né en Suède en 1971, André arrive à Paris à l’âge de dix ans. André Saraiva, alias “Mr. A,” a commencé sa carrière artistique dans les rues du 13e arrondissement de Paris. Dès son plus jeune âge, il avait une “petite tendance” pour le graffiti, dessinant sur les murs de son école et de sa maison. Inspiré par le comic book américain “Krazy Kat,” il a commencé à taguer ce nom autour de son quartier. Cependant, il a rapidement opté pour son propre prénom, André, soulignant son identité française dans un monde du graffiti largement influencé par la culture américaine. Contrairement à beaucoup d’autres artistes de rue, André commence cette aventure en solo. Il se promène seul dans les rues de Paris la nuit, armé de ses marqueurs et de ses bombes aérosol. “C’était un peu solitaire, mais j’aimais ça,” confie-t-il.

André Saraiva

L’origine et l’impact de Mr. A : un symbole universel de la culture urbaine

La naissance d’une icône

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les rues de Paris étaient couvertes de graffitis, de tags et de gribouillages que la plupart des gens ne comprenaient pas. André Saraiva se posait alors une question fondamentale : “Pourquoi ne pas créer quelque chose qui parlerait à tout le monde?” C’est dans ce contexte que naît Mr. A, un personnage au sourire complice, aux longues jambes stylées, coiffé d’un haut-de-forme et débordant de joie de vivre.

danysz andr saraiva mr a. blue red One&Only Kéa Island

Un langage universel

Le personnage de Mr. A est conçu pour être un langage universel, une forme d’expression qui transcende les barrières linguistiques et culturelles. Il devient rapidement un symbole non seulement pour les amateurs de graffiti mais aussi pour le grand public. “Même les sans-abri parisiens,” dit André, “je me souviens un jour avoir vu un sans-abri avoir une conversation complète avec mon graffiti.” Ce témoignage illustre à quel point Mr. A est devenu un élément intégré dans le tissu social et culturel de la ville.

632c8806db6dee44ece465f8 Capture decran 2022 09 22 a 18.02.27 One&Only Kéa Island

L’évolution de Mr. A

Au fil des années, Mr. A a évolué, passant d’un simple tag sur un mur à une icône de la culture populaire. Il a été reproduit sur des vêtements, des accessoires et même des produits de luxe, collaborant avec des marques comme Louis Vuitton et Jean-Paul Gaultier. Ce personnage a également été le sujet de nombreuses expositions d’art, contribuant à élever le graffiti au rang d’art légitime.

louis vuitton louis vuitton 265 A Postcard from Andre Saraiva 2 DI3 One&Only Kéa Island
Louis Vuitton x Mr A
1653061096 longchamp 038 andre 13 1 One&Only Kéa Island
Longchamp x Mr A
030 LOOK 3 107 One&Only Kéa Island
Axel Arigato x Mr A
andre saraiva vipp amour kitchen bin hero dezeen 2364 col 1 One&Only Kéa Island
Vipp x Mr A

L’impact global

L’impact de Mr. A ne se limite pas à Paris ou même à la France. André Saraiva a tagué environ vingt Mr. A par nuit pendant trente ans, créant ainsi une “armée” de quelque 216 000 personnages qui ont envahi les murs du monde entier. De New York à Tokyo, l’influence de Mr. A est indéniable, faisant de lui une figure emblématique de la culture urbaine globale.

andre street artist3 One&Only Kéa Island

Un miroir de la société

Mr. A est plus qu’un simple personnage; il est un miroir de la société, reflétant nos aspirations, nos rêves et parfois même nos contradictions. Il incarne l’esprit rebelle et libre qui caractérise le street art, tout en étant suffisamment polyvalent pour s’adapter à des contextes variés, du monde de la mode à celui de l’entreprise.

IMG 2525 One&Only Kéa Island

Dream Concert : l’imagination musicale d’André Saraiva

Une Odyssée Musicale Imaginaire

André Saraiva, artiste polyvalent né à Paris, est surtout connu pour son personnage emblématique Mr. A. Cependant, il a également créé une série fascinante appelée “Dream Concert”, qui capture l’essence même de l’expérience musicale ultime que tout mélomane rêverait de vivre. Contrairement aux festivals de musique historiques comme Monterey Pop en 1967 ou le Freddie Mercury Tribute Concert en 1992, les “Dream Concert” d’André sont des créations purement imaginaires où il élabore des line-ups mythiques.

1 3 One&Only Kéa Island

L’Inspiration Derrière le Rêve

L’idée de cette série est née lorsque Saraiva a été sollicité par Lulu, le fils de Serge Gainsbourg, pour créer une affiche pour un concert hommage à son père au Apollo Theater de New York. Bien que le concert n’ait jamais eu lieu, le processus de rassembler ces noms légendaires a été une révélation pour l’artiste. “Cela a fait exister le concert dans mon esprit“, déclare Saraiva. Les œuvres qui en ont résulté ont d’abord vu le jour dans les rues, illustrant comment notre désir et notre imagination peuvent rendre quelque chose vrai ou faux selon notre degré d’envie.

dreamconcert 3 One&Only Kéa Island

La Poésie des Concerts de Rêve

Pour Saraiva, créer un “Dream Concert” est similaire à la rédaction d’un poème. Les groupes sont les mots, les dates sont les strophes, et les noms des lieux sont les titres. “Les lieux sont parfois encore plus importants”, ajoute-t-il. Des exemples notables incluent des concerts imaginaires avec Dr. Dre, Jay-Z et Pharrell Williams au Madison Square Garden de New York, ou Daft Punk, Phoenix et Justice à l’Élysée Montmartre à Paris.

Un Impact Culturel et Esthétique

Esthétiquement, les “Dream Concerts” sont présentés sur du papier qui prend un effet vieilli lorsqu’il est collé dans la rue, rappelant le matériel promotionnel traditionnel. Saraiva souligne que bien que le collage d’affiches ne soit pas identique au graffiti, les deux partagent un contexte similaire : la ville. “Ils sont encore plus éphémères que le graffiti”, note-t-il.

dreamconcert2 3 One&Only Kéa Island

Un Hommage aux Genres Musicaux

Saraiva organise souvent ses “Dream Concerts” en genres musicaux stricts, reflétant son éducation dans une époque où les genres étaient cruciaux dans la culture. “Tous ces différents mouvements étaient et sont toujours une grande partie de ma vie et de la musique que j’aime“, dit-il.

L’évolution : de l’art urbain à l’entrepreneuriat

danysz andr saraiva andr polis 2012 One&Only Kéa Island

Du graffiti aux affaires

André Saraiva n’est pas un artiste qui s’est contenté de rester dans sa zone de confort. Au fil des années, il a élargi son horizon bien au-delà du graffiti, se lançant dans des aventures entrepreneuriales audacieuses. Il a ouvert des clubs et des restaurants comme Le Baron à Paris et Tokyo, créant ainsi des espaces où la contre-culture et l’élite se rencontrent. Le Baron n’était pas seulement un lieu de fête; c’était une déclaration d’intention, un espace pour “nos marginaux,” comme il le dit lui-même.

p One&Only Kéa Island

L’hôtel Amour : un havre de créativité et de style

L’Hôtel Amour, situé dans le 9e arrondissement de Paris, est une autre réalisation emblématique d’André Saraiva. Conçu comme un espace où l’art, la mode et la culture se rencontrent, cet hôtel est devenu une icône du chic parisien. Chaque chambre est une œuvre d’art en soi, décorée par des artistes et designers de renom, reflétant ainsi la passion d’André pour l’art sous toutes ses formes. Mais ce n’est pas seulement un lieu de séjour; c’est aussi un espace de vie, avec un restaurant et un bar qui attirent une clientèle aussi éclectique que l’hôtel lui-même. L’Hôtel Amour est plus qu’un simple hôtel; il est une extension de la personnalité et des aspirations d’André Saraiva, un lieu où le “marginal” peut se sentir chez lui, où l’art n’est pas seulement accroché aux murs, mais fait partie intégrante de l’expérience. C’est un microcosme de tout ce qu’André représente : l’art, la culture, et un sens inné du style et de l’entrepreneuriat.

hd aspect 1458313749 hbz andre saraiva embed 04 One&Only Kéa Island

Une philosophie d’entreprise unique

Pour André, l’entrepreneuriat n’était pas une question d’argent ou de célébrité, mais plutôt une extension de son art. “Beaucoup de plaisir, de drogues et d’alcool,” ajoute-t-il, soulignant que ses entreprises étaient des espaces où la créativité et l’expression personnelle étaient encouragées, voire célébrées. C’est cette philosophie qui a fait de ses établissements des lieux de rencontre pour des artistes, des musiciens et des penseurs avant-gardistes.

Un impact culturel durable

Aujourd’hui, André Saraiva est plus qu’un simple artiste; il est un phénomène culturel. Son travail transcende les frontières et les médias, faisant de lui l’un des artistes les plus influents de sa génération. Il a réussi à fusionner l’art et l’entrepreneuriat d’une manière qui défie les catégories traditionnelles, créant ainsi un héritage qui continue d’influencer la culture contemporaine.

danysz andr saraiva mister a 8 2018 One&Only Kéa Island
danysz andr saraiva street sign pink white red 2020 One&Only Kéa Island

Vers de nouveaux horizons

Même avec tout ce succès, André Saraiva ne montre aucun signe de ralentissement. Il rêve encore de réaliser des films et aspire à trouver le “véritable amour et une famille, avec beaucoup d’enfants qui courent partout.” Pour lui, la plus grande motivation que l’on puisse avoir est l’amour et la romance, des thèmes qui ont toujours inspiré son travail et continueront à le faire dans les années à venir.

tmp a7502e7b8a7d667dfbadd9fb9dd88ccf andre saraiva d1500 One&Only Kéa Island

http://www.mrandre.com/

Total
0
Shares
Précédent
J.M. Weston : une marque, un mythe, une légende
325821878 553837603326190 3986706311524522467 n One&Only Kéa Island

J.M. Weston : une marque, un mythe, une légende

J

Suivant
Bentley S-Type Continental Sports Saloon de 1956 : une épopée d’élégance et d’histoire
image 8 One&Only Kéa Island

Bentley S-Type Continental Sports Saloon de 1956 : une épopée d’élégance et d’histoire

Mesdames et Messieurs, laissez-moi vous présenter une véritable œuvre

Vous aimerez aussi

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page