alainrichard

Alain RICHARD : quand l’ingéniosité rencontre la beauté

Depuis déjà quelques années, le design scandinave, récent comme ancien, truste les podiums de la décoration d’intérieur. Mais le design français a lui aussi connu son heure de gloire lors des trente glorieuses, avec des noms comme André Monpoix, Pierre Paulin ou encore Pierre Guariche. Un autre nom sort du lot lorsqu’on parle de design français des années 50 à 70 : Alain Richard… Peu connues mais terriblement efficaces, ses créations ont reçu de nombreux prix et une reconnaissance des plus grandes instances.

Né en 1926, Alain Richard est formé par René Gabriel après des études à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, école de laquelle il sortira major en 1949. Il s’installe dans la foulée en Hollande au début des années 50, au plus près du design qu’il affectionne et qu’il veut développer. En 1952, il fonde sa propre agence avec son épouse, la talentueuse créatrice de tissus Jacqueline Iribe. Dès lors, il s’impose comme l’un des plus brillants représentants de sa génération. Une génération que Solange Gosse, alors rédactrice en chef de La Maison Française, qualifiera de « jeunes loups ». Une génération portée par l’enthousiasme de l’après-guerre, pleine de vitalité et sans complexes pour rivaliser avec les pays du nord et les américains tout en gardant un style proprement français.

4fee1b7b9257a groot4

Au début des années 50, Alain Richard est âgé d’à peine 25 ans lorsqu’il comprend, avec un peu d’avance, que le mobilier de qualité n’est pas l’apanage de l’industrie du luxe. Il collabore alors avec André Monpoix et dessine des meubles édités par Vecchione et Meubles TV. Son style est avant-gardiste, sobre et se définit par le refus du décoratif. Ses conceptions figurent parmi les plus rigoureuses mais aussi parmi les plus élégantes de leur époque ; les proportions sont parfaites, les lignes pures et radicales, les détails sont raffinés, l’exécution est irréprochable. Et la critique de l’époque le sent bien : son parcours est couronné de multiples prix. Il reçoit en 1954 le Grand prix de la Triennale de Milan, celui de l’Exposition Universelle de Bruxelles en 1958, le prestigieux Prix René Gabriel en 1964…

richard bureau ar 180 dessus 1361x1024 1
chaises alain richard palissandre et tissu beige 1960 set de 4

Il conçoit les aménagements de l’Ambassade de France à Moscou, de nombreux ministères, mais aussi tribunaux et préfectures. À partir de 1977, il s’occupe des aménagements de l’aéroport d’Orly, de la station de RER Auber, et d’une vingtaine de musées… Dans cette période prolifique que sont les années 70, il est avec Pierre Paulin, celui qui recevra le plus de commandes du Mobilier National. Lampes, enfilades, chaises et fauteuils, bureaux tables et banquettes, Alain Richard a touché à toutes les pièces habituelles du design avec brio… Des meubles et objets à découvrir ou plutôt à redécouvrir au plus vite.

DSC 1979 scaled 1
Total
0
Shares
Précédent
Samuel ACCOCEBERRY : le design au service de la durabilité
samuelhead

Samuel ACCOCEBERRY : le design au service de la durabilité

Directeur artistique de Pyrenea, édité chez Alki et Marcel By, Samuel

Suivant
Alvar AALTO : une fusion parfaite entre forme et fonction
2019 Alvar Aalto 3c3e5352

Alvar AALTO : une fusion parfaite entre forme et fonction

Véritable icône du design scandinave, le Finlandais Alvar Aalto fait l’objet

Vous aimerez aussi

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page