8c47a742 les harnais 72dpi SOWAKA Kyoto

MURIEL BORDIER Interview

Lauréate du Prix Eurazeo 2015 et du Prix Arcimboldo 2010, Muriel Bordier est l’auteure de series étonnantes teintées d’humour et de dérision qui mettent en scène l’être humain dans son quotidien. Originaire de Rennes, cette photographe globetrotteuse adepte des grands formats exposera ses travaux en novembre prochain dans le cadre de Fotofever à Paris. Interview.

Bonjour Muriel. Pour commencer, pouvez-vous nous retracer votre parcours et vos premiers travaux photographiques ?

Bonjour Focus. Après avoir obtenu mon bac, je suis entré aux Beaux-Arts de Reims sans savoir vraiment ce que je voulais faire par la suite. Je fus très intéressée par l’enseignement et l’ouverture d’esprit de cette Ecole grâce à laquelle je me suis finalement tournée vers la photographie et la vidéo. Au début, je poursuivais une activité artistique en parallèle de mon travail photo, je donnais des cours en essayant d’ouvrir ma pratique vers les arts plastiques. Aujourd’hui, j’ai la chance de consacrer la plupart de mon temps à mon travail artistique qui me permet de raconter des histoires en toute liberté.

5edf6b0f4952b lombre muriel bordier 3854664 SOWAKA Kyoto

Votre série baptisée les Thermes est assez étonnante. Comment l’avez-vous imaginée et créée techniquement ? Justement, quel rôle tiennent les technologies dans votre univers ?

J’ai démarré cette série dans le cadre d’un appel d’offres remporté en 2014 qui avait pour objet l’extension d’une piscine. J’ai commencé par réaliser les deux premiers visuels : le plongeoir et la Leçon de natation, que j’ai par la suite complétés avec les autres photographies que l’on peut voir aujourd’hui. A travers ces images, j’aborde la question du corps en mouvement et de l’équilibre, des codes sociaux, de l’obéissance absurde avec une bonne dose d’humour.  J’apporte beaucoup d’attention à la composition de l’image qui a été créée en plusieurs étapes : tous les personnages ont été photographiés un par un sur fond blanc avant d’être intégrés dans le cadre (l’architecture) réalisé en 3D. Il est vrai que la technique occupe une place très importante dans ces tableaux photographiques qui se rapprochent d’une certaine manière de la peinture.

612df10e024bca0589fc0899 60e86ed49deaf056f5ab9f74 mkrnmh2e6iythikyn5m3 SOWAKA Kyoto

La réflexion sur la mise en scène est assez poussée à l’image du cinéma où l’humour devient le fil conducteur…

Oui effectivement, la mise en scène est primordiale pour ce type de projet. Je mets en avant la notion du temps qui passe, de la circulation dans une même image ce qui se rapproche de la vidéo et du cinéma. Celle (La manche à air) où l‘on voit ces personnages reproduits plusieurs fois faire le tour de la piscine dans la série « Les Thermes » illustre bien ce parti pris. Quant à l’humour, il est effectivement devenu le véritable fil conducteur de ma production. J’ai la chance de pouvoir faire ce qui me plait, je m’amuse donc il me semble naturel de le retranscrire dans mes séries de photographies. Je partage des moments très joyeux avec les gens qui posent pour moi et j’ai envie que le public le ressente en les observant.

1597038 1 l SOWAKA Kyoto

Avez-vous vécu une expérience particulière en open space pour ce thème éponyme ?

Non pas du tout mais les idées de séries me viennent après avoir écouté les histoires de mes proches et de gens qui ont vécu des expériences plus ou moins drôles. Je m’inspire souvent du quotidien, de ce que j’entends et vois. Ces images sont tirées d’anecdotes racontées par une salariée exerçant dans un centre culturel qui avait déménagé. Je voulais traiter de manière caricaturale les problèmes rencontrés dans ces espaces qui ne sont pas toujours propices à la productivité contrairement à ce que l’on pourrait croire. Même si les couleurs sont sombres, je conserve toujours une touche humoristique.

natation SOWAKA Kyoto

J’ai lu que ces séries s’inscrivaient dans un projet global visant à créer une ville toute entière…

Exactement, ce projet est en cours d’écriture mais il demande énormément de temps. Chacune de mes séries sera développée à l’échelle d’un bâtiment représenté sur une photographie très grand format de 6 x 4 mètres environ. Et puis au fur et à mesure, ces bâtiments construiront une ville entière.  Je n’y suis pas encore mais d’ici quelques années il aura normalement bien avancé.

Poursuivez-vous votre série « Bons Baisers » ?

La série est toujours en cours et je m‘amuse énormément avec Bons Baisers. Le concept consiste à me faire prendre en photo devant des touristes. Je colorise ensuite la photo et je laisse mon personnage en noir et blanc afin de produire un jeu de copier/coller et donner un côté carte postale vieillie. C’est une manière de tourner en dérision les poses des touristes devant les monuments du monde entier. La série a d’ailleurs donné naissance à des courts-métrages intitulées Tourista, en collaboration avec Emmanuel Reuzé.

Muriel Bordier La manche a air SOWAKA Kyoto

Les vacances sont-elles un moment privilégié pour faire des photos ?

Je ne fais pas de photo en vacances, ça me rappelle trop le boulot (rires). Je ne sais pas trop quoi prendre à vrai dire même si je ne refuse pas d’en faire lorsque l’on me le demande. C’est comme si l’on demandait à un pâtissier s’il cuisine des gâteaux pendant ses vacances.

Quelle est votre position vis à vis de la retouche photo ?

La retouche a toujours existé alors pourquoi se priver des outils qui sont aujourd’hui mis à notre disposition. Ce qui m’intéresse, c’est l’image, le résultat final et peu importe les moyens pour y parvenir. Je prends d’ailleurs beaucoup de plaisir à me servir des logiciels pour retoucher mes visuels, cela fait partie intégrante de ma photographie.

muriel bordier natation 01 SOWAKA Kyoto

Vous êtes très peu présente sur les réseaux sociaux, pourquoi ?

Il est vrai que les réseaux sociaux ne s’inscrivent pas dans ma démarche de présentation de mes créations photographiques. C’est une activité chronophage et le temps me manque parfois, c’est pour cette raison que j’y suis très peu présente. Je me pencherai peut-être là-dessus un jour…

Quel sera votre programme pour la rentrée ? Courant novembre, vous allez participer à Fotofever à Paris…

Je travaille justement sur ce projet de ville dont je présenterai les premiers visuels en octobre lors d’une exposition à Colmar, à l’Espace culturel André Malraux. Je m’occupe également d’un projet pour le centre culturel Sainte-Anne à Lannion qui m’a amenée à photographier 450 personnes durant quinze jours. Comme pour la piscine, je vais recréer l’architecture en 3D pour ensuite y intégrer les personnages. Et il y a aura aussi le festival Fotofever à Paris pour lequel je vais réaliser l’affiche. Je serai représentée par la galerie montpelliéraine Annie Gabrielli.

https://www.murielbordier.com/

Total
0
Shares
Précédent
CAPE WELIGAMA : Découvrez le paradis caché du Sri Lanka
smith weligama 6638751230 2x1 1 SOWAKA Kyoto

CAPE WELIGAMA : Découvrez le paradis caché du Sri Lanka

Membre des prestigieux Relais & Châteaux, le Cape Weligama 5 étoiles fait

Suivant
SIX SENSES KRABEY ISLAND
The Beach Retreat scaled SOWAKA Kyoto

SIX SENSES KRABEY ISLAND

Ouvert début mars sur l’archipel de Koh Rong au large de la côte sud-ouest du

Vous aimerez aussi

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page