Jungle 1 scaled SOWAKA Kyoto

MALIKA FAVRE INTERVIEW


Vous vous déplacez toujours avec de quoi dessiner ou arrivez-vous à passer une journée voire plusieurs sans toucher votre matériel  ?
Je n’ai aucun problème à me déplacer sans ma tablette ou même un carnet de croquis. Dessiner est devenu mon métier et par la même j’ai parfois besoin de prendre mes distances. Ceci dit je ne m’arrête jamais de regarder autour de moi.

image 39 SOWAKA Kyoto

Pouvez-vous nous faire l’inventaire de votre boîte à outils…  Quels sont ceux dont vous ne vous séparez jamais ?
Je n’en ai pas réellement. A l’inverse de beaucoup de créatifs je ne collectionne rien et essaye de ne pas m’attacher aux choses. Elles deviennent beaucoup plus dur à remplacer et comme je perds tout et tout le temps c’est probablement pour le mieux. Le seul outil dont j’ai besoin est ma petite tablette Wacom et mon stylet. Je n’ai jamais changé de modèle d’ailleurs.

Les techniques que vous utilisez ?
Je prends beaucoup de photos pour explorer les ombres, les lumières, etc. Le monde de tous les jours est ma source d’inspiration première. J’esquisse directement sur Illustrator maintenant car je trouve cela tout aussi efficace qu’un carnet de croquis. L’outil n’a pas réellement d’importance dans mon travail, c’est l’idée qui prend le dessus.

image 33 SOWAKA Kyoto


Et celui de vos inspirations, vos influences… ?
J’aime trop de choses pour toutes les citer. Le Bauhaus, l’art optique, les clichés, Esher et Guy Bourdin, le rouge et le bleu qui se contredisent mais vont si bien ensemble…. J ‘aime trouver la beauté dans des choses très simples et universelles. C’est comme un jeu pour mettre en avant les choses que les gens ne voient plus.

malika favre illustration fabric 2 SOWAKA Kyoto

Comment est née la collaboration avec le prestigieux New-Yorker ?
Elle est née il y a 6 mois. La couverture du New Yorker était un rêve de toujours et à ce moment-là je travaillais déjà avec le magazine en illustrant des articles de temps en temps en espérant secrètement qu’un jour ils me demanderaient de faire une couverture mais sans vraiment y croire… Un soir tard j’ai reçu un email de Françoise Mouly me demandant si j’avais envie de m’essayer a l’exercice. J’étais folle de joie et j’ai bien entendu accepté immédiatement. Je me suis mise à dessiner frénétiquement dès le lendemain et j’ai proposé plus de 20 idées. Quelques semaines plus tard j’ai eu ma première couverture. Cela fait maintenant 6 mois et la collaboration continue. Le New Yorker est une grande famille dont je suis extrêmement flattée de faire partie.

image 38 SOWAKA Kyoto
image 37 SOWAKA Kyoto
Total
0
Shares
Précédent
FOCUS MAGAZINE 83
focumagazine83insta SOWAKA Kyoto

FOCUS MAGAZINE 83

Bonjour, le 83ème numéro de Focus Magazine est arrivé !

Suivant
Victoria ROUSSEL – Interview
Technicentre Lyon Victoria Roussel DSCF2255 SOWAKA Kyoto

Victoria ROUSSEL – Interview

Illustratrice et directrice artistique basée à Paris, Victoria Roussel a déjà

Vous aimerez aussi

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page