polar studio One&Only Kéa Island

POLAR

Hier dans la rue pour pratiquer le graffiti et peindre ses personnages baptisés les Bojos et aujourd’hui tourné vers l’abstraction, l’évolution stylistique de Polar marque les esprits. Inspiré par son récent tour du monde, ses rencontres et les paysages qu’il a traversés, l’artiste montpelliérain repart se balader prochainement en Colombie et prépare une exposition à Marseille courant juin.

POLAR
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Hello Polar, retrace-nous un peu ton parcours pour démarrer…
J’ai commencé à pratiquer le graffiti au début des années 2000 en réalisant des grandes fresques dans la rue, du classique on va dire. A l’époque, c’était une passion mais ça n’allait pas au-delà, je n’imaginais pas encore une carrière artistique. Ce n’est qu’après l’obtention de mon diplôme à l’ESMA Montpellier en 2012 que les choses ont un peu changé. Je dessinais beaucoup de personnages à ce moment-là et un jour un collectionneur s’est intéressé de plus près à mon travail. Il s’est renseigné pour acheter une œuvre, quelque chose de nouveau pour moi puisque je n’avais aucune idée de la manière dont ça se passait. Par la suite, j’ai collaboré avec Mist en tant qu’assistant pendant deux ans durant lesquels j’ai principalement travaillé sur ses sculptures mais également sur certaines toiles.

80 1 One&Only Kéa Island
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ton travail actuel est très inspiré des paysages urbains et naturels…
Oui effectivement et ce qu’il faut savoir c’est que j’ai suivi il y a quelques années une formation de paysagiste. Je travaille beaucoup à partir de photos qui ont pour thèmes l’architecture, la nature et je m’en sers pour peindre mes toiles. On y retrouve un mélange de paysages abstraits, de formes géométriques et de zooms sur des moments de vie. A travers mes œuvres, je tente de raconter des histoires de voyageurs, d’artistes qui créent leur vie à travers leurs déambulations autour du monde. A ce propos, je suis régulièrement le travail de l’artiste cinétique argentin Julio Leparc qui s’emploie à déconstruire les formes.

toussaint One&Only Kéa Island

Comment tu t’organises pour peindre ?
Je pars donc de photos argentiques comme je le disais précédemment puis je prépare mes visuels sur ordinateur avant de passer au travail sur la toile. Aujourd’hui je peins à plein temps dans mon atelier de la Clinique du Parc que je partage avec Mr BMX et Quentin DMR. Depuis un an, je suis engagé dans une démarche plus professionnelle. Je produis la majorité du temps des moyens formats carrés et je continue à faire des fresques de temps en temps quand j’ai des demandes. J’ai d’ailleurs récemment réalisé une fresque de 36 mètres de long sur 2,5 m de hauteur à l’extérieur de la Salle Victoire2 pour célébrer ses 30 ans. Je me suis également occupé des visuels de couverture de la programmation.

machu picchu One&Only Kéa Island

Tu as fait un tour du monde pendant plusieurs mois avant de revenir dans la région…
J’ai parcouru l’Amérique du Sud : Colombie, Chili, Pérou, Argentine… puis la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Indonésie pendant plus de deux ans, de mars 2015 à avril 2017. J’avais envie de découvrir d’autres cultures, d’autres paysages et rencontrer des artistes locaux. J’ai ‘ailleurs réalisé des fresques murales dans chaque pays où je me suis arrêté. Puis je suis revenu en France pour mon expo solo à la Galerie At Down l’année dernière.

C’est à cette occasion que tu as réalisé le livre Novae Terrae…
Exact, j’ai voulu transformer le traditionnel catalogue d’exposition en petit ouvrage artistique pour présenter mon long voyage. J’ai consacré une double page à chaque ville traversée, un bon moyen de voir à travers les pages l’évolution de mon style durant ces deux années jusqu’à l’exposition.

12apostles One&Only Kéa Island

Justement, ton univers a pas mal évolué depuis le graffiti et la rue…
Cette évolution a vraiment commencé le jour où l’on m’a confié un mur à peindre qui était assez petit. N’ayant pas assez de place pour faire ce que j’avais au départ prévu, je me suis lancé dans une création plus abstraite. Ce projet a été le déclencheur pour me tourner petit à petit vers un nouveau style, une approche différente plus éloignée du graffiti. Mon travail est aujourd’hui abstrait et plus proche de la nature et de ses paysages, des voyages… et je privilégie quasi uniquement l’acrylique pour mes toiles actuelles.

DSCN3873 One&Only Kéa Island

Tu poursuis tes voyages avec pour prochaine étape une résidence d’artiste en Colombie ?
Je décolle début avril en direction de la Colombie où sont prévus plusieurs projets artistiques dont le premier aura lieu à l’hôtel Coralina, installé sur les îles Rosario dans les Caraïbes, à une heure de bateau de Carthagène. Pendant deux semaines, je viens repeindre un mur que j’avais réalisé lors de mon premier passage sur les lieux. Ensuite, je démarre une résidence d’artiste dans un petit village où je vais vivre et peindre avec la communauté locale avant de rejoindre Bogota où je vais participer à un projet de promotion de la culture française avec l’Alliance Française. Retour prévu mi-mai en France.

zoom22 One&Only Kéa Island

Tu participes aussi aux activités de l’Association Line Up ?
Oui, j’ai collaboré avec Line Up pour un projet associatif baptisé « Roule petit ougandais » initié par Jean Claude Géraud. Il s’agissait de customiser des planches de skate vendues ensuite aux enchères et dont les bénéfices servent à la construction de skateparks dans les pays du tiers-monde. On a participé à une exposition fin février lors d’une Art Fair à Madrid et on va redémarrer le projet pour une exposition collective à New-York dans les prochains mois.

P2033618 One&Only Kéa Island
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Parle nous de la couverture du magazine…
C’est un tableau issu d’une série sur laquelle j’ai commencé à ajouter de la texture, de la profondeur, une autre dimension aux formes que j’utilise habituellement. Pour cette série donc et pour ce visuel en particulier, j’ai travaillé autour du littoral méditerranéen, de la lumière qui s’en dégage, des différents reliefs qui le composent. C’est une interprétation personnelle de ressentis, de sensations, d’observations…

IMG 1642 copie One&Only Kéa Island

Tes derniers et futurs projets ? Des expositions ?
J’ai deux projets avec la SNCF à la Gare de Montpellier. Le premier « Gare d’Art » qui s’est terminé courant mars m’a amené à repeindre les bancs d’un petit espace extérieur et le second aura lieu au mois de mai. Il s’agit de peindre une grande fresque d’une trentaine de mètre de long. Je travaille aussi sur une prochaine exposition qui se déroulera en juin à l’Appartement à Marseille. Je présenterai des nouvelles toiles créées autour de de la lumière, du soleil avec en plus un exercice autour des volumes imaginé avec un architecte qui feront référence aux cairns (amas de pierres), un sujet en rapport direct avec le voyage, la balade, le paysage, la déambulation, et la présence humaine en milieu naturel…

sept5 One&Only Kéa Island

https://worldofpolar.com/

Total
0
Shares
Précédent
Geneviève CARON Interview
G.CARON beaute 007 scaled One&Only Kéa Island

Geneviève CARON Interview

Photographe nord-américaine installée à Toronto, Geneviève Caron appose sa

Suivant
Sylvain WILLENZ
willenzhead One&Only Kéa Island

Sylvain WILLENZ

Nommé Designer Belge de l’Année en 2009, Sylvain Willenz, à la tête de son

Vous aimerez aussi

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page